26 août 2011

A quoi servent les mots ? (ancien poème modifié)

 

*

A la Saint Valentin, magnifique jour,
A quoi servent les mots ?...

Prouver, à ta bien-aimée, tout ton amour
Restera le plus grand de tes maux.
Le remords te ronge le coeur sans pitié.
Quel voeu désires-tu prononcer ?
Qu'attends-tu de cette journée bénie ?
Elle t'a quitté pour une autre vie.

A la Saint Valentin, magnifique jour,
A quoi servent les mots ?...

Qu'elle revienne pour sécher tes larmes.
Dans le chagrin, tu tombes et retombes.
Revenir en arrière... il ne faut pas rêver !
Les regrets ne pourront rien changer.
A présent, des idées noires t'enfument l'esprit.
Elle t'a quitté pour d'autres envies.

A la Saint Valentin, magnifique jour,
A quoi servent les mots ?...

Ta belle reste sourde à tes appels.
Tous ces souvenirs partagés auprès d'elle,
Tous ces instants magiques t'interpellent.
Malgré la ferveur de tes écrits,
Ta princesse ne souhaite plus te mentir.
Elle t'a quitté pour un autre ami.

A la Saint Valentin, magnifique jour,
A quoi servent les mots ?...

Tu te demandes :"Ah ! si j'avais su..."
Mais finalement, à quel moment l'as-tu déçu ?
A son égard, as-tu manqué de preuves d'amour ?
Tu te tortures mais il est déjà trop tard.
Désormais ta vie ressemble à un gouffre sans fond.
Elle t'a quitté et te laisse meurtri.

A la Saint Valentin, magnifique jour,
Il faut plus que des mots.

*

Sophie Conord

Copyright 2008-2012 © Sophie Conord - Tous droits réservés

Copyright : UTKL1B8

Gif libre de droit

 

Posté par Sophie Conord à 19:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 décembre 2010

Ô Lumière spirituelle

 

Ô Lumière spirituelle,
Quand des pensées funestes nous atterrent,
Bienveillante, tu nous éclaires ;
Des ténèbres, tu nous pénètres.
Le halo de ta flamme, la splendeur de ton éclat
Réchauffent nos corps endoloris par le froid,
Trop fatigués par un hiver vengeur.
L'obscurité n'a aucun pouvoir
Car ta vision nous redonne espoir.
Indispensable à nos vies furtives,
Tu nous inspires des réflexions positives.
Absente, nous marchons dans le néant,
Prêts à trébucher à tout moment.
Malgré nos turpitudes,
Ne te détourne pas de nos pas.
Qui sommes-nous pour vivre sans toi ?
Source même de toute vie...
Je reste sans voix en songeant à cela.

Sophie Conord 

 Copyright 2008-2012 © Sophie Conord - Tous droits réservés 

Gif libre de droit

Posté par Sophie Conord à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 novembre 2010

Un grain de sable

*
Je ne suis qu'un grain de sable,
Un grain parmi tant d'autres...
Une poussière rêvant de grandeur ;
Alors, j'ai voulu prouver...
J'ai peint, j'ai écrit, j'ai essayé...
J'ai cru un moment à mes talents
Et puis je me suis regardé...
A travers le miroir, j'ai vu...
L'illusion s'est reflétée et j'ai soupiré !
Je resterai un rien quoique je fasse,
Un raté désirant être artiste ...
Un constat amer qui me glace !
La fin semble être la seule vérité...

Sophie Conord 

Copyright 2008-2012 © Sophie Conord - Tous droits réservés 

Copyright : UTKL3AB

 

Photographie libre de droit

Posté par Sophie Conord à 19:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
27 septembre 2010

Les ravages de l'attente

 

*

Regarde un peu cet endroit en proie à l'abandon...

Sa physionomie n'attire plus personne !
Ses murs vétustes s'effritent lamentablement
Laissant apparaître la brique usée par les ans.
Parfois, le vent gronde au cœur des fissures,
Des plaies ouvertes fragilisant un peu plus l'édifice.

N'entends-tu pas son appel ?

Le revêtement des persiennes ne résiste plus
A la gelure de l'hiver ... Dénudé, le bois supplie
Le froid d'épargner ses veines endolories
Que la pluie, la neige ont creusé sévèrement.
Mais qui pourrait encore habiter cette bâtisse ?
Le toit n'est plus qu'un amas de tuiles disloquées ;
Il pleure celles qui ont succombé aux tornades.

Ne vois-tu pas son désarroi ?

La rouille aussi s'est invitée ; rien ne lui échappe.
Elle ronge le moindre bout de métal, le heurtoir
Qui aimait toquer sa voisine, la porte palière,
La poulie du puits, la clôture, la girouette...
Ainsi grignotées, ses victimes se meurent lentement !

Pourquoi es-tu si indifférent ?

Jadis,
Le charme de cette maison époustouflait les passants.
Les tourterelles aimaient roucouler sur ses gouttières.
Tout chez elle respirait le bonheur car tu la soignais.
Les jours, les semaines, les années se sont écoulés...
Elle attendait ton retour au détour d'une haie.
Longue fut l'attente... Négligée, elle s'est délabrée...

*

Sophie Conord 

Copyright 2008-2012 © Sophie Conord - Tous droits réservés

Copyright : UTKL5AB

Posté par Sophie Conord à 16:06 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
04 novembre 2009

Blessure d'amour

Le temps d'une saison,
Je fus le jouet d'un gamin capricieux
Qui, au gré de ses fantaisies,
Me manipula à volonté.

Lorsque ses insomnies
S'éternisaient jusqu'à l'aube,
Moi sa poupée préférée,
Je gesticulais pour son plaisir.

Il m'applaudissait
A l'apogée de son allégresse
Essentielle, je me croyais
A ses yeux, sa déesse.

Il me hissa au rang d'âme soeur,
Illusion ou vérité ?... Baliverne !
Naïve, je formulai le voeu
De partager sa destinée.

Tandis que je m'évertuais
A le chérir sans limite,
De son côté,  il renouait une idylle
Avec celle qui hantait ses pensées.

Blessée de tant de duperie,
Je déclinai dans l'obscurité.
Fatalement mon reflet s'estompa,
Telles des traces ensevelies par le sable .

Trop de larmes, j'ai versées.
Refusant l'évidence,
Je gardais l'espoir
D'être à nouveau sa favorite.

Hélas, la réalité sonna le glas.
Telle une digression,
Inévitablement,
Ma  parenthèse se referma.

"On ne badine pas avec l'amour"
Disait Alfred de Musset ;
Jouer avec mes sentiments
N'élèvera pas son édifice.

Pour récompense, son dédain... 
Mais sache qu'un autre gamin
Obtiendra mes faveurs
Et les appréciera à leur juste valeur.

Alors, reste avec ta marionnette
Si tel est ton désir,
Pour ma part, j'offre
Mon coeur à qui le cajolera.

Mais confiance échaudée craint la trahison...

*

Sophie Conord 

 Copyright 2008-2012 © Sophie Conord - Tous droits réservés 

Gif libre de droit

Posté par Sophie Conord à 17:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]