19 janvier 2018

Le renouveau (2ème version)

la-reserve-naturelle-darjuzanx-un-paradis-pour-les-oiseaux-migrateurs

 

 Le renouveau

 

 Voici  un nouveau jour , une nouvelle chance,

Annonçant, je l'espère, une magnificence.

Endormie à moitié, je vise l'idéal,

Pour embellir mon âme et atteindre le Graal.

 

Le regard inondé, à la vue embuée,

Epie un futur sens, à travers les nuées.

En quête de bonheur ou d'un gain à venir,

Les souhaits accomplis le feront resplendir.

 

Dans la clarté du jour, des rayons, la brillance,

Forcent l'admiration et perçent l'innocence. 

La toile nuageuse, au blanchâtre dessin,

Vire au parme, au saumon : magnifique dessein !

 

Des oiseaux à foison quittent le territoire.

En ordre de bataille, ils effleurent les squares.

Leur exténuant vol, vers des pays lointains, 

Finira leur périple en ailes de satin.

 

Mon triste quotidien ambitionne l'osmose.

Face à cette attraction, au spectacle grandiose

Mes  instincts les plus noirs mourront certainement.

Avec sérénité, cesse le larmoiement.

 

 Sophie Conord©2018

 

 

Posté par Sophie Conord à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 février 2012

Le poète malheureux

*

Pauvre poète qui n'aspire qu'à rejoindre la naïade
Pour en finir avec cette terre qui le rend malade.
Sa vie semble lui avoir échappé pour les abîmes
Sa plume se meurt en l'absence de jolies rimes.

 

Sa poésie naguère a disparu avec ses alexandrins.
Il n'a plus le coeur à écrire le bonheur, cet écrin
Qui embellit la lecture et ravit sa muse,
Car une douleur aiguë l'épuise. Il s'use.

 

Souffrant, il veut rester dans les bras de Morphée
Pour ne plus se réveiller dans des draps mouillés,
Où ses pleurs ruissellent lorsque le mal est terrible.
Il veut partir là où personne n'est pris pour cible,

 

Depuis qu'une flèche lui a transpercé la poitrine.
Il cherche un remède qui modifierait sa petit' mine,
Ce visage creusé par les stigmates du désespoir.
Seule issue, peut-être, sombrer dans la nuit noire.

 

Sophie Conord

Copyright 2008-2012 © Sophie Conord - Tous droits réservés

Copyright :  UTKL1C3

Photographie libre de droit

Posté par Sophie Conord à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mars 2011

Adieu

*

Voilà, je pars d'ici... Ma décision est prise.
J'ai longtemps hésité, mais le glas a sonné.
Avec vous mes amis, devenus étrangers,
J'adorais contempler les flots de la Tamise.

Si proches nous étions, malgré nos différends,
Mais le radeau se perd  sur des mers déchaînées.
Un éclair menaçant a détruit l'épopée,
Virant jusqu'au chaos... quel désenchantement !

*

Il est temps d'en finir... vos langues sardoniques
Empoisonnent mon coeur, qui meurt à petit feu.
Près de vous mes amis, devenus si frileux,
J'aimais escalader les glaciers de l'Arctique.

*

Avez-vous oublié vos voeux et vos serments,
Qui scellaient nos chemins jusqu'en Amazonie.
A quoi bon vous crier ma peur ou ma phobie ?
Plus rien ne vous émeut, sauf vos petits tourments !

*

Avez-vous oublié tous nos instants de joie,
Qui revêtaient de soie et d'or notre liaison ?
Egayant l'univers et  les Saints à foison,
Nos rires cristallins résonnaient jusqu'à Troie.

*

Avec vous, j'espérais visiter l'horizon
Pour m'évader un peu et quitter mon angoisse.
Je cache mes sanglots car je suis en disgrâce
Avec pour compagnons mon Dieu et l'oraison.

*

Sophie Conord 

Copyright 2008-2012 © Sophie Conord - Tous droits réservés 

Copyright : UTKL3B4

  

Posté par Sophie Conord à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 octobre 2009

L'Adagio pour linceul

 

Cet adagio, si triste, égratigne mon coeur;
Accablé de chagrin, il souffre de langueur.
En panne d'affection, il ralentit l'allure.
Ton oeuvre Albinoni réveille sa blessure...

*

Au dehors, néanmoins, tout parait idyllique,
Mais aucune importance, il n'a plus de réplique;
Recouvert d'hématome, il ne veut plus aimer.
Tes trémolos si beaux  le font tant larmoyer

*

En un sanglot bleuâtre, une goutte écarlate;
Virant au cramoisi, ce mélange le gâte.
Sans amour, aujourd'hui, l'oubli est son linceul.
Ce thème lancinant l'accule à rester seul.

*

Au seuil de tes espoirs, laisse ton cauchemar;
Goûte à ce nouveau jour tel un précieux nectar.
Cette offrande des cieux  soignant les ecchymoses,
Sans peine, cueille-la, comme un bouquet de roses.

*

Sophie Conord 

Copyright 2008-2012 © Sophie Conord - Tous droits réservés

Gif libre de droit 

 

Posté par Sophie Conord à 14:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 août 2009

Pourquoi ?

 

Je n'y comprends plus rien! 
Pourquoi tant de silence ?
Ames soeurs pour destin
A Présent, en souffrance !

***

Tarissant nos deux vies
Nos mots ont déserté
Pour trace, nos envies
Qu'un souffle a effacé...

***

Promesses sonnant creux
Ou écho sans réponse ?
Si vides sont mes yeux.

***

Leur éclat s'est éteint
Histoire sans annonce
Mort est mon lendemain.

*

Sophie Conord 

 Copyright 2008-2012 © Sophie Conord - Tous droits réservés 

Gif libre de droit

Posté par Sophie Conord à 04:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
07 novembre 2008

Au coeur de l'étoile

Regarde mon étoile* ami ...

Moins réclamée elle s’amenuise à regrets.
Avant pourtant, avidement, tu la guettais ;
Tu scrutais son arrivée astrale en secret
Pour lui insuffler tes innombrables souhaits.

*

Afin d’embaumer ton quotidien ulcéré
Par une mélancolie quasi viscérale,
A ton chevet, elle fit le choix de te veiller,
Car lassée de traverser l’espace sidéral.

*

Ton indifférence a bouleversé son cœur.
Fébrilement accrochée à la voix lactée,
Elle s’éteint subrepticement par pudeur.
Le néant sera sa dernière destinée.

*

Elle espérait illuminer tes nuits sordides.
Tu ne l'aperçois plus, car trop préoccupé
A reluquer ses semblables qui jouent des coudes.
A bout de force,  elle ne veut plus lutter.

*

Ton visage émacié et creusé par l’insomnie,
Retardant ton sommeil, frôle l’anémie.
Fixés à la nébuleuse, tes yeux vaseux
Aux paupières lourdes révèlent un triste aveu.

*

Dans un dernier effort, elle t'envoie des messages,
Des signaux alarmants à travers les nuées.
Mais obsédé par la filante et son sillage,
Etourdi, tu ne la vois pas agoniser.

*

Ainsi abattue par un profond désarroi,
Sa faible lueur vacillante trépasse !
... Adieu mon ami d’hier, j’ai perdu la foi ;
La vie continue malgré tout, sans moi,  hélas !

*

*Histoire d'une étoile filante qui s'est sédentarisée par amour, mais...

Sophie Conord

Copyright 2008-2012 © Sophie Conord - Tous droits réservés

 

Gif libre de droit

Posté par Sophie Conord à 15:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]